Le PACT Ille & Vilaine


Ravalement et Couleurs


Le ravalement et la couleur : de multiples enjeux

 

► Présentation

 

► L'intervention du PACT ARIM :

    L'étude préopérationnelle

    Le suivi animation

 

► L'approche couleur :

    Démarche globale

    Etude sur des ensembles bâtis

 

► Nos références

 

Aujourd’hui, les communes bretonnes, qu’elles soient rurales ou urbaines, riches de leur patrimoine architectural, se doivent d’offrir aux habitants comme aux visiteurs un visage attrayant.

Ainsi, le ravalement des façades tient une place privilégiée dans les préoccupations communales et constitue un enjeu majeur à plusieurs titres :

  • C’est d’abord un enjeu architectural lié à la qualité du patrimoine, par sa richesse et sa diversité.
  • C’est ensuite un enjeu touchant l’environnement et le cadre de vie : le bon entretien d’une ville ou d’un bourg contribue à son attrait, tout comme le nettoyage des rues ou la création d’espaces verts. Le ravalement des immeubles participe de ce qui est communément appelé la «qualité de vie».
  • C’est enfin un enjeu économique : c’est le cas pour les propriétaires qui valorisent ainsi leur bien immobilier ; c’est également le cas pour le secteur du bâtiment qui trouve dans les chantiers de ravalement un volume important de travaux supplémentaire.

 

Une mesure d’esthétique…

L’intérêt le plus évident est l’aspect esthétique. Cet aspect dépasse le simple « plaisir de l’œil » : le ravalement permet de mettre en valeur les réalisations de restauration immobilière. C’est la signification aux yeux de tous de l’effort entrepris sur le cadre de vie…

…aux effets d’incitation…

Le ravalement produit des effets incontestables d’entraînement : mise en valeur des façades et des immeubles, incitation à restaurer…

…qui dépassent les simples façades…

Les subventions de l’ANAH ne concernent pas les travaux de ravalement seuls, sauf, dans certains cas, dans les périmètres d’OPAH.

 

…mais aussi une mesure de sécurité et de salubrité…

Le ravalement permet une vérification régulière de l’état de la façade et de ses accessoires. Sont ainsi limités les dégâts pouvant provenir :

  • d’infiltrations d’eau dues à des gouttières défectueuses…
  • de dégradations des accessoires : balcons rouillés, boiseries en mauvais état…

 haut de page

L’intervention du PACT ARIM se fait en deux temps :

 

L’étude préopérationnelle

Qui permet d’établir le cadre général de l’intervention. Elle définit le périmètre à traiter, les aides financières à mettre en place, les principes techniques à respecter.

Ce travail permet également de mettre en place un guide de coloration ou cahier de référence qui permettra de justifier auprès des propriétaires, des choix de couleur pour leur façade, cohérents d’une part avec le mode constructif, l’époque et le style du bâtiment, mais également en harmonie avec le contexte urbain et les matériaux locaux.

 

Le suivi-animation

A partir de l’étude, le PACT ARIM organise et suit l’information des propriétaires, il renseigne les entreprises sur les techniques et les couleurs, suit les démarches administratives, monte les dossiers de financement, etc…Le PACT ARIM sert également d’interface entre le service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine (ABF) et les particuliers.

 

 haut de page

 

L’approche couleur

Démarche globale

 

Une campagne de ravalement au-delà de l’objectif de propreté, santé et qualité à la façade, permet également de retrouver, de préserver ou de créer dans une ville une « ambiance » qui lui sera particulière.

 

Etape 1 L’étude chromatique

 

Basée sur l’observation et l’analyse des caractères architecturaux, des matériaux spécifiques au site concerné, des traditions locales éventuelles et validée dans ses orientations par les décideurs locaux (élus, architectes conseils, ABF…), l’étude propose des « outils chromatiques » -palettes, schémas de répartition des couleurs et principes de mise en œuvre- ainsi que des visualisations avant/après, utiles aux propriétaires souhaitant rénover leurs façades. Ces documents –cahier de prescription, exposition,…- constituent des supports intéressants pour la gestion communale quotidienne des demandes de travaux. D’autres formes de communications peuvent être déclinées (montages audio-visuels lors de réunion publiques, tirés à part…)

L’étude peut concerner également un cahier des charges pour un ensemble à construire ou dans le cadre d’une ZAC

 

Etape 2 L’assistance aux particuliers –conseil couleur

 

Une fois les outils en place, la collectivité locale peut choisir de s’inscrire dans une démarche continue de conseil et demander au PACT ARIM une mission d’assistance auprès des particuliers qui souhaitent ravaler leur façade, le « conseil-couleur ». En lien avec les services d’urbanisme de la commune, utilisant l’information et la pédagogie, cette mission dans la continuité permet :

-de cadrer les débordements et de limiter les surenchères colorées,

-de requalifier le patrimoine architectural en évitant la neutralité et la systématisation,

-d’avoir une vision globale de la ville et de l’environnement en prenant en compte les caractéristiques chromatiques des secteurs.

-de sensibiliser les habitants aux problèmes de la couleur en inscrivant les initiatives privées dans le cadre d’une démarche collective et cohérente.

 

Cette mission peut également s’étendre au conseil sur les Déclarations Préalables, en particulier pour les projets neufs, ce qui permettra un meilleur positionnement dans le site.

 

Étude sur des ensembles bâtis

Ces études sont directement opérationnelles, et abordent le bâti jusqu’au détail.

Elles peuvent concerner des bâtiments ou ensembles de bâtiments municipaux –écoles, salles communales…- ou des immeubles d’habitations, copropriétés publiques ou privées.

L’étude, validée par le maître d’ouvrage, propose des croquis ou simulation permettant de visualiser les projets proposés. Le document remis comprend tous les éléments nécessaires à la mise en œuvre des travaux de ravalement : références de couleurs, schémas et détails de mise en œuvre des teintes…

L’échelle et la forme des constructions étudiées sont variables, allant du lotissement pavillonnaire au grand ensemble collectif.

 

 haut de page

 

 

Références :

Des communes de différentes échelles…

Centre historique Ville de Rennes (1.200 immeubles ravalés)

Cancale

Centre ancien de Redon

Grand-Fougeray

Mordelles

 

Hors Ille-et-Vilaine :

Lamballe (22)

Vannes(56)

Brest (29)

Binic (22)

Evron (53)

 

Assistance couleur pour la Ville de Rennes depuis 1990, sur la commune de Grand Fougeray depuis 1998:

 

Études d’ensembles bâtis

-ensembles d’habitat social

Saint-Malo :

  

Avant travaux                                 Après travaux

 

Dinard

Dol-de-Bretagne

Chantepie

Le Rheu

Mordelles :

 

Hors département

Treffin (22)

 

Copropriétés privées

Montgermont –lotissement.

Saint Brieuc –grand ensemble

 haut de page